Archives pour la catégorie actualité

1 VS 5

Je suis trop déçue…. Federer a été éliminé tout à l’heure. Vraiment trop trop dégoutée. :(

articlefederere.jpg

 

Mais pour moi ça reste quand même le meilleur ! ^^
 

Pour la fête des mamy !

Passée depuis un petit moment je mets enfin le mini-album que mon frère et moi avons crée ! 

 

dscn0505.jpg    dscn0508.jpg

 

dscn0509.jpg    dscn0510.jpg

 

dscn0511.jpg   dscn0513.jpg

dscn0514.jpg   dscn0515.jpg

dscn0516.jpg   dscn0517.jpg

dscn0518.jpg

 

Je sais que je peux compter sur toi et tout te dire et que tu es toujours là quand j’en ai besoin.

Tu es un peu comme ma 2ème maman enfait.

 

Je t’aime Mamy…

<3
 

Revisions

 

revision.jpeg

 

Va rentrer en phase révisions…

 

Plus le temps de rien, plus le temps de tout…

 

Allez au boulot !!

Un oncle écrivain !

Hier soir en me baladant sur facebook je suis tombée sur un article tout a fait inattendu ! Ahmed Assadi alias Olmo (un oncle) a écrit un livre autobiographique sur Anjouan.

Voici l’article : 

Originaire d’Anjouan, deuxième île de l’archipel des Comores, Loutfi Ahmed-Assadi a écrit « le Coeur qui parle » pour faire découvrir et aider son pays.
II s’appelait Abdallah III. Plus connu sous le nom de Mawana, il fut le dernier sultan d’Anjouan à monter sur le trône en 1848. Ange quoi ? Anjouan, deuxième île (par sa superficie et sa population de 700.000 habitants) de l’archipel des Comores, dans l’Océan Indien, après Mayotte (devenue DOM-TOM en 1975), la Grande Comores et Mohéli.

La capitale en est Mutsamudu, et c’est dans cette ville de 10.000 habitants qu’est né, le 14 juin 1976, Loutfi Ahmed-Assadi, arrière-petit-fils du sultan Abdallah III. Installé à Niort depuis 2003, il travaille comme peintre en bâtiment, mais est aussi écrivain à ses heures pour faire aimer et découvrir son île.

C’est qu’avant d’arriver en France en 1999, Ahmed a été à la pointe de la défense de son pays. « Quand j’étais en terminale, en 1996/1997, j’ai pris la tête d’une petite révolte étudiante pour réclamer que l’on paie nos professeurs. Le palais du sultan, mon ancêtre, est devenu une Maison pour tous!
L’armée est intervenue, l’île a été bouclée, on a pris les officiers en otages, puis on les a libérés sans conditions…
Les politiciens ont manipulé les villageois, beaucoup ont péri sur nos côtes en s’enfuyant sur des pirogues trop légères… ».

Une guerre civile éclate en 1998. Il part passer son bac scientifique à Madagascar.

« A mon retour, ma famille a eu peur qu’on m’assassine et a décidé de m’envoyer en France. »

Après un Deug en sciences de la matière à Jussieu et des cours de décoration intérieure, il découvre Niort par hasard, invité à l’anniversaire d’un ami : « Je suis venu passer quelques jours, j’ai quitté la capitale pour les Deux-Sèvres où je me suis installé et où j’ai connu ma femme…». Classique. Ce qui l’est moins c’est de jouer dans le club de foot d’Échiré/Saint-Gelais, de créer une association pour venir en aide à son île : L’Étoile des Comores, et d’écrire un récit autobiographique en hommage à Anjouan : « Le Cœur qui parle » dont les bénéfices iront à cette association pour aider la condition féminine et sauvegarder l’environnement. Il y a chez ce descendant de sultan à la fois de la passion et de la compassion.

Alain Dutasta

« Le Cœur qui parle – Aimer les Comores », par Ahmed Assadi.
Chamsad éditions, 305 pages, 15 €.
Mail : ahmed.loutfi@wanadoo.fr
Site : www.dilaurus.org/comores

Source : lanouvellerepublique 

 olmoassadi.jpg

Je vais essayer de me procurer ce livre !!

 

Fière de mon île ^^

La castration chimique

 

 

castration.jpeg

 

Lisant le journal Le Monde sur mon ipod j’ai vu un article qui parlait de la castration chimique…. Mais pour tout dire ça m’a plutôt interpelé. Pourquoi, comment, pour qui, dans quelles circonstances ? 

L’article parlait d’une loi qui allait être proposée pour la castration chimique des délinquants sexuels récidivistes à leur sortie de prison. 

Tout d’abord je me suis quand même penchée sur ce que voulait dire « castration chimique ». C’est enfait la prise régulière de médicament qui agit sur les hormones et réduit les pulsions sexuelles avec des injections tous les 3 mois. Tout ce traitement étant évidement réversible au contraire de la castration chirurgicale. Elle n’empêche donc pas les rapports sexuels mais les rendent mois fréquents.

Le patient ne sera pas forcé de prendre ce traitement, car c’est une prescription médicale et donc a l’encontre du code de déontologie si il y a une obligation. Le gouvernement propose alors, que toute personne n’acceptant pas ce traitement sera en conséquence sanctionnée par une peine de prison.

Ce traitement permettrait d’éviter la récidive, qui est actuellement de 10 à 15%.

D’autres pays la pratique depuis des années comme l’Allemagne, USA, Belgique, canada, Pologne. En Allemagne par exemple c’est sur la bas du volontariat, car il faut savoir que ce traitement coûte très cher (environ 100 euros par mois à la charge du patient).

 

Mais alors la vrai question est : en agissant sur les pulsions, peut-on empêcher les agressions ?

 

Répondez au sondage en haut à droite ==============>

 

 

 

 

1234

Sondage

Que pensez-vous du scrapbooking ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
septembre 2017
L Ma Me J V S D
« fév    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930  
  • Album : Mayotte - Anjouan
    <b>dscn0988.jpg</b> <br />

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

BelleVie |
rayenz |
Divin |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mon petit blog
| exmesginai
| 5000 €Trankil